Le hasard fit que je fus attaché à celle des quatre églises d'Étampes qui est sous l'invocation de NotreDame, Cette église est un des merveilleux monuments que l'époque romane a légués aumoyen âge, Fondée par Robert le Fort, elle fut achevée au douzième siècle seulement . elle a encore aujourd'hui des vitraux admirables qui, lors de sonédification récente, devaient admirablement s'harmonier avec la peinture et la dorure qui couvraient ses colonnes et en enrichissaient les chapiteaux. Toutenfant, j'avais fort aimé ces merveilleuses efflorescences de granit X L'ARTIFAILLe, 94 Page 98 Les mille et un fantomes que la foi a fait sortir deterre du dixième au seizième siècle, pour couvrir le sol de la France, cette fille aînée de Rome, d'une forêt d'églises, et qui s'arrêta quand la foi mourutdans les coeurs, tuée par le poison de Luther et de Calvin. J'avais joué, tout enfant, dans les ruines de SaintJean de Soissons . j'avais réjoui mes yeuxaux fantaisies de toutes ces moulures, qui semblent des fleurs pétrifiées, de sorte que, lorsque je vis NotreDame d'Étampes, je fus heureux que le hasard,ou plutôt la providence, m'eût donné, hirondelle, un semblable nid . alcyon, un pareil vaisseau. Aussi mes moments heureux étaient ceux que je passais dansl'église, Je ne veux pas dire que ce fût un sentiment purement religieux qui m'y retînt . polo lacoste discount non, c'était un sentiment de bienêtre qui peut se comparer à celuide l'oiseau que l'on tire de la machine pneumatique, où l'on a commencé à faire le vide, pour le rendre à l'espace et à la liberté Mon espace à moi, c'étaitcelui qui s'étendait du portail à l'abside, ma liberté, c'était de rêver, pendant deux heures, à genoux sur une tombe ou accoudé à une colonne, A quoirêvaisje, ce n'était certainement pas à quelque argutie théologique, non, c'était à cette lutte éternelle du bien et du mal, qui tiraille l'homme depuis lejour du péche, c'était à ces beaux anges aux ailes blanches, à ces hideux démons aux faces rouges, qui, à chaque rayon de soleil, étincelaient sur lesvitraux, les uns resplendissants du feu céleste, les autres flamboyants aux flammes de l'enfer. NotreDame enfin, c'était ma demeure, là, je vivais, jepensais, je priais. La petite maison presbytérienne qu'on m'avait donnée n'était que mon piedàterre, j'y mangeais et j'y couchais, voilà tout. Encoresouvent ne quittaisje ma belle NotreDame qu'à minuit ou une heure du matin. On savait cela. Quand je n'étais pas au presbytère, j'étais à NotreDame, Onvenait m'y chercher, et l'on m'y trouvait. Des bruits du monde, bien peu parvenaient jusqu'à moi, renfermé comme je l'étais dans ce sanctuaire de religion,et surtout de poésie, Cependant, parmi ces bruits, il y en avait un qui intéressait tout le monde, petits et grands, clercs et laïques. survetement lacoste pas cher, Les environsd'Étampes étaient désolés par les exploits d'un successeur, ou plutôt d'un rival de Cartouche et de Poulailler, qui, pour l'audace, paraissait devoir suivreles traces de ses X L'ARTIFAILLe, 95 Page 99 Les mille et un fantomes prédécesseurs. Ce bandit, qui s'attaquait à tout, mais particulièrement auxéglises, avait nom l'Artifaille, Une chose qui me fit donner une attention plus particulière aux exploits de ce brigand, c'est que sa femme, qui demeuraitdans la ville basse d'Étampes, était une de mes pénitentes les plus assidues. Brave et digne femme, pour qui le crime dans lequel était tombé son mari étaitun remords, et qui, se croyant responsable devant Dieu, comme épouse, passait sa vie en prières et en confession, espérant, par ses oeuvres saintes,atténuer l'impiété de son mari. Quant à lui, je viens de vous le dire, c'était un bandit ne craignant ni Dieu ni diable, prétendant que la société était malfaite, et qu'il était envoyé sur la terre pour la corriger . que, grâce à lui, l'équilibre se rétablirait dans les fortunes, et qu'il n'était que leprécurseur d'une secte que l'on verrait apparaître un jour, et qui prêcherait ce que, lui, mettait en pratique, c'estàdire la communauté des biens. Vingtfois il avait été pris et conduit en prison . mais, presque toujours, à la deuxième ou troisième nuit .